Social Selling Réunion : mes 4 bonnes habitudes sur Linkedin

5 septembre 2017 par Thierry Calderon

Comme à la salle de sport, ou durant le réveil musculaire, le social selling doit se transformer en "routine" quotidienne (même si je n'aime pas ce mot et que le terme n'est peut-être pas le plus adéquat). Ce rituel, guidé par vos objectifs, est celui qui vous permettra de trouver des nouveaux clients, mesurer sur le long terme vos performances et d'en tirer un ROI (retour sur investissement). Et comme au gymnase, c'est avant tout, la persévérance et l'assiduité qui comptent. Ceci dit, j'ai décidé de partager avec vous 4 de mes bonnes habitudes (parmi les nombreuses autres) qui me permettent de coupler ma démarche de social selling avec notre stratégie d'Inbound marketing.

1. Tenter d'être plus intéressant qu'intéressé

C'est la première bonne habitude à prendre. Sur les réseaux sociaux, ne cherchez pas à vendre à tout prix, même si le but du social selling (sell=vendre) est bien de décrocher de nouveaux leads (prospects) qui se transformeront en clients fidèles. 

Bon nombre de pages Facebook, voire Linkedin, sont hélas des supports de publicité déguisés. Et cela ne captive pas grand monde. Pour être intéressant, il faut séduire en partageant des contenus qui aident vos prospects à progresser et /ou qui les accompagnent dans leur réflexion d'achat.  Ce qui nous conduit au deuxième point.

"Cherchez à aider, pas à vendre"

 

Et cela doit être aussi le cas sur la page Linkedin de votre entreprise.

 

2. Partager du contenu qui intéresse votre audience

Mon deuxième rituel, une habitude maintenant bien ancrée,  est de partager du contenu qui émane de mon blog (comme l'article que vous êtes en train de lire). L'objectif découle du premier point : aider mes lecteurs dans leur réflexion et leur problématique.

Pourquoi ? Car il est bien plus important aujourd'hui d'aider vos lecteurs que de chercher à leur vendre quelque chose. Promis,  ils vous le rendront.

Vous pouvez également publier du contenu issu de la curation, c'est à dire d'autres sources ayant autorité, en faisant de la veille. Par exemple, il m'arrive de partager d'autres articles de blog, des publications issues de Pulse (Linkedin) et même certaines publiées par des confrères dans la mesure où cela peut aider mon persona (ma cible).

A noter, la vidéo, qui vient de faire son apparition sur Linkedin, étend les possibilités offertes par le réseau et ouvre de nouvelles opportunités de contenus "Live".

 

3. Ajouter un nombre de contacts quotidiens suivant vos objectifs

Non, la course au nombre de connectés ne doit pas être votre priorité. Avoir des fans et suiveurs c'est bien, mais intéresser des prospects qualifiés et des clients c'est mieux.  Vous devez donc identifier les contacts qui peuvent potentiellement être à terme intéressés par vos solutions, ou des influenceurs (relais de vos contenus) qui ont du poids dans les réseaux professionnels qui comptent.

Pour ce faire, organisez un RV avec vos équipes vente et marketing

et adoptez l'account based marketing.

 

Exemple :

Vous êtes une société de 20 collaborateurs et avez chacun 200 contacts sur votre profil Linkedin. Si vous partagez des contenus à l'ensemble de votre réseau, la portée potentielle est de  20 *200 , soit 4 000 personnes touchées en premier niveau.

Mais si chacun des collaborateurs se connecte chaque jour de la semaine à 5 contacts ciblés de plus (dont des décideurs, cela va sans dire), vous avez en seulement 20 jours :

  • 20 collaborateurs * (200 + 100 contacts), soit 6 000 personnes potentiellement touchées par votre post du  type "Comment optimiser son budget marketing à La Réunion ?"
  • Et imaginez maintenant que 1% des lecteurs soient des prospects (leads), ce sont 60 nouveaux contacts potentiels. Comme vous savez que parmi ces 60 leads , 10% génèrent un RV (soit 6) et que vous effectuez 3 devis, pour un signé , vous avez le tunnel de conversion calé sur les objectifs de l'entreprise.

social selling reunion.jpeg

 

4. S'entraîner comme à la salle de sport

Si vous attendez des résultats à court terme ou sans effort, vous pouvez d'ores et déjà abandonner. Pourquoi ? Car il faut du temps pour défricher, semer, arroser, voir apparaître les premiers bourgeons et enfin les fleurs, puis récolter.

Et comme à la salle de sport, régularité, constance et efforts répétés sont les seules façons d'arriver à atteindre vos objectifs. 

social selling reunion.jpeg

 


Les entreprises qui réussissent leur social selling ont une vision claire de ce qu'il faut accomplir, des objectifs marketing et vente parfaitement alignés, une méthode et des outilsA l'inverse, celles qui échouent, veulent des résultats à court terme, n'ont pas d'objectifs spécifiques et ne partagent pas suffisamment de contenus (et/ou partagent des contenus peu qualitatifs vers la mauvaise cible). 

Avec plus de 470 000 profils sur Facebook et plus d'un professionnel sur 3 sur Linkedin, les réseaux sociaux à La Réunion sont un terrain de jeu incontournable pour recruter de nouveaux clients, à condition d'avoir une vraie stratégie, de la constance et des objectifs clairs. 

Découvrez ici d'autres articles sur le social selling et bien sûr notre guide à télécharger gratuitement :

je télécharge le guide de la stratégie digitale

 

Thierry Calderon

Après 15 ans d'expériences professionnelles dans des secteurs d'activité variés, en France et à l'international, j'ai créé la 1ère agence d'Inbound Marketing à La Réunion et dans l'Océan Indien. J'accompagne les entreprises et les équipes marketing et vente dans leur transformation digitale, en les aidant à trouver des clients via le web (inbound et social selling). L'objectif : la croissance ! A La Réunion, j'ai notamment été Directeur de l’Hôtel Bellepierre****, mené la digitalisation du Groupe Média du Journal de l’île (clicanoo.re, 1er site réunionnais) comme Directeur du Développement ou dirigé le lancement de l'Hôtel Dina Morgabine *** en tant que consultant. N'hésitez pas à me contacter et à nous suivre sur les réseaux sociaux.