Pourquoi Facebook ne remplacera jamais une vraie stratégie digitale

15 août 2018 par Alexandre Robin

Facebook est un réseau social qu’on ne présente plus : avec plus de 470 000 comptes sur l’Île en 2018, sa popularité n’est plus à prouver. Seulement voilà, ce qui est à la mode aujourd’hui ne le sera peut-être pas demain et toute votre activité ne peut se permettre de dépendre d’une seule plateforme. Nous vous détaillons dans cet article pourquoi Facebook ne remplacera jamais une stratégie digitale complète.

A - Parce que vous dépendez de ce réseau

 

1. Vous dépendez de son existence

Imaginez la situation apocalyptique ou Facebook disparaîtrait ! (Vous pourriez à nouveau discuter avec vos enfants lors des repas de famille mais ce n’est pas le sujet). Votre présence en ligne disparaîtrait également, et ce n’est pas quelque chose sur lequel vous pourriez avoir le contrôle. Adieu vos publications, photos, avis clients...

 

2.Vous dépendez de ses règles

Sans envisager la situation précédente, peu probable à court terme, votre page Facebook est régie par le format que Facebook vous impose, et il en est de même pour :

  • les catégories de contenu que vous pouvez mettre à disposition,
  • le format des publicités que vous pouvez diffuser (Facebook n’aime pas les textes trop longs, vous pouvez difficilement citer des marques connues … )

Facebook (comme ses compères Google, Microsoft) change constamment ses algorithmes pour s’adapter aux évolutions technologiques, aux besoins des internautes, et aux régulations gouvernementales (comme le RGPD). Ce qui fonctionne pour vous aujourd’hui pourrait ne plus fonctionner demain.

 

 

3. Facebook n’est peut-être pas utilisé par les personas que vous souhaiteriez atteindre

Aussi farfelu que cela puisse paraître, et même si Facebook reste le réseau social N°1 à La Réunion comme ailleurs, tout le monde n’est pas actif sur Facebook et vos cibles n’y sont tout simplement peut-être pas. Assurez-vous donc de bien vérifier ce paramètre !

Dans les grandes lignes :

  • La popularité du réseau qui fêtera ses 15 ans en Février 2019 n’est plus ce qu’elle était et ses principaux utilisateurs : à savoir les jeunes, se tournent de plus en plus vers Instagram et Snapchat (car à la recherche d’éphémère et d’anonymat, comme le précise cet article du Journal de Montreal).
  • Le deuxième groupe démographique le plus représenté derrière les 16/34 ans est aujourd’hui celui des plus de 55 ans (Source : Blogdumodérateur), plus intéressés par la notion de partage de souvenirs.
  • La tranche médiane (le coeur des actifs donc), arrive donc en troisième position. Peut-être auriez-vous plus de chances de les atteindre via Linkedin et ses 570 millions de membres dont près de 100 000 à La Réunion ?

 


B - La base de données d’utilisateurs ne vous appartient pas

Pour rejoindre notre première partie, si la plateforme Facebook disparaît, votre base de données utilisateurs disparaît avec elle. Celle-ci vous donne accès à certaines données personnelles mais sont-elles suffisantes pour :

Facebook est un réseau social, et non un site web lié à une base de données que vous avez créée, qui vous appartient, et que vous pouvez exploiter comme bon vous semble.

 

C - Facebook n’est pas non plus un site e-Commerce

La plateforme américaine vous permet d’animer votre communauté, de leur proposer des contenus, des publicités pour votre dernier produit. Et bien que vous puissiez utiliser Facebook pour vendre (on parle alors de F-commerce), la plupart des “appels à l’action” que l'on peut rencontrer, redirigeront vers un site web sur lequel votre prospect intéressé pourra faire tranquillement ses emplettes (et sur lequel vous pourrez proposer des ventes additionnelles, croisées.

Nous vous conseillons cependant d'utiliser une des nombreuses solutions e-commerce disponibles sur le marché. Celles-ci sont bien plus développées, et peuvent s’interfacer avec votre CRM. Elle vous permettront de plus d’analyser avec beaucoup plus de précision ce qui fonctionne, et ainsi optimiser votre ROI.

facebook-strategie-digitale-reunion-ecommerce 

D - La plateforme ne vous permet pas de qualifier les leads comme vous le feriez avec votre site web

 

1. Les formulaires

 Facebook vous donne la possibilité de mettre en place différents types de formulaires appelés "Lead Ads Forms" sur certaines publicités : demande de démo, devis, inscription à un événement …. cela fonctionne plutôt bien et l’objectif du formulaire est personnalisable MAIS :

  • Cela vous oblige à créer une campagne de publicité, et donc à payer pour une publicité qui n’aura peut-être pas le résultat escompté (surtout si nous prenons en compte le budget minimum quotidien, que vous n’aurez pas sur votre site web ou blog).
  • Les données collectées (et oui gagné !), les données collectées ne vous appartiennent pas, et bien que vous puissiez exporter des ".csv" ici et là, c’est tout de même beaucoup moins “user friendly” (ergonomique) que certaines solutions vous permettant d’exploiter comme bon vous semble chaque variable de votre base de données, de consulter des tableaux de bord personnalisables …

 

2. Le marketing automation et le lead nurturing, ou oublie !

Comme nous l’avons abordé dans plusieurs articles de notre blog, un CRM vous permet de centraliser toutes vos données clients, mais la majorité d’entre eux vous permettent en plus de mettre en place des campagnes automatisées (basées sur des dates de téléchargements de guides, de dernier achat, de leur proposer un bon de réduction pour leur anniversaire....).

Presque toutes les données peuvent être “re-croisées” pour mettre en place une vraie stratégie multicanale (site web, app mobile, sms, point de vente …). Ce qui est à ce jour impossible avec Facebook et les autres réseaux sociaux.

Le lead nurturing, qui vous permet d’accompagner vos prospects le long de leur parcours d’achat n’est pas non plus possible sur Facebook. Seul un site web efficace relié à un outil CRM bien paramétré vous le permettront.

facebook-strategie-digitale-reunion-nurturing 

E - Car sur Facebook vous vous focalisez sur votre popularité et non vos ventes

Avoir des likes est un signe de popularité, obtenir des réactions, des commentaires, des partages sont des signes d’engagement de votre communauté. Une publication likée plusieurs dizaines, centaines de fois, ça booste le moral (et l’égo aussi)! Et à l’inverse, une publication que personne n’a aimé, c’est frustrant et vous force à vous remettre en question sur la qualité de la publication …

Et le problème est là ! Bien qu’il faille entretenir sa notoriété, obtenir des likes n’est pas une fin en soi : une entreprise a besoin de clients pour se développer, ou tout simplement continuer d’exister.

Cette course folle aux “J’aime” présente le fâcheux inconvénient de vous éloigner ce qui compte vraiment : aider votre communauté, leur fournir ce dont ils ont besoin, et in fine, leur apporter le service ou le produit qu’il leur faut.

 


Facebook doit être utilisé pour ce qu’il est : un réseau social pour diffuser des contenus, une source de leads (prospects) et de trafic pour votre entreprise . Il vous permet en outre d’animer votre communauté, de relayer vos articles de blog, des événements ou encore d’organiser des concours. En aucun cas celui-ci ne doit représenter une stratégie digitale à part entière. 

Vous souhaitez en savoir plus sur la mise en place d'une stratégie digitale complète ? N'hésitez pas à consulter notre article "Qu'est-ce qu'une bonne stratégie digitale à La Réunion ? ". Vous pouvez également télécharger gratuitement notre guide : Les 7 étapes pour mettre en place sa stratégie digitale à La Réunion

Je télécharge le guide de la stratégie digitale

Alexandre Robin

Après quelques années passées à étudier le Marketing, la Communication, et l'e-Commerce sur les bancs de l'IDRAC Montpellier et de l'ESC Toulouse, j'ai fait mes armes dans des structures variées : une pincée d’intranet chez Pierre Fabre, une bonne dose de digital (SEA, SEO, Social, UX/UI) sur Londres et beaucoup de CRM et de Conseil en SSII sur Paris. Mes postes de Chef de projets au sein d’entreprises internationales, start-ups, et éditeurs m'ont permis d’acquérir une vision globale des différents enjeux et leviers efficaces pour vous accompagner dans votre digitalisation.