Pourquoi votre newsletter de voeux ne servira à rien

21 décembre 2016 par Gaelle Cealac

Comme chaque année, à cette époque qui fleure bon les fêtes et les gourmandises, votre boss vous demande de vous activer sur l'envoi de cette chère newsletter de voeux . L'objectif ? Vous rappeler au bon souvenir des personnes avec qui vous intéragissez au quotidien (clients, prospects, prestataires). Oui mais voilà, cette newsletter pour laquelle vous allez suer corps et âme ne va certainement servir... à rien ! Voyons ensemble les raisons d'un échec annoncé. 

1. Votre newsletter n'est pas personnalisée

Que ce soit votre client de longue date, votre toute dernière connaissance professionnelle ou votre prestataire de service, tous , recevront exactement le même message. Or, nous sommes à l'ère de la personnalisation !

segmentation newsletter.png

La solution

On segmente ses emailings ! La segmentation permet de constituer des groupes d'ensemble en fonction de critères attribués. Il peut s'agir, par exemple, de critères géographiques, typologiques, comportementaux, d'achat... Bref, tout dépendra des données (la "data" selon le mot consacré) que vous aurez réunies dans votre CRM. Le but de cette segmentation est de fournir le bon contenu à la bonne personne. Et puisque le contenu sera adapté par groupes d'ensemble, il sera plus à même d'interpeller votre destinataire et favorisera le taux d'ouverture. Le but étant bien, dans un premier temps, qu'ils lisent vos bons voeux et votre message.

D'après une étude Hubspot, l'envoi d'email segmenté augmente le taux d'ouverture de 16%.  Ca vaut le coup d'essayer, non ?

 

2. Votre emailing parle de vous 

Comme chaque année, c'est le casse-tête chinois pour savoir de quoi vous allez bien pouvoir parler dans cette newsletter une fois les mots "Joyeuses fêtes" inscrits... Alors, vous organisez une réunion pour un "brainstorming newsletter" ! Finalement, il a été décidé que vous parlerez de :

  • votre année en chiffres
  • vos ouvertures de magasins
  • votre nouvelle équipe jeune et dynamique
  • vos lancements de produits à venir
  • votre opération marketing qui a fulgureusement bien marché
  • votre séminaire annuel
  • ...

Bref, vous vous vous ! Sauf, que du côté du destinataire, ce n'est pas une information qui les passionne tant que ça. Et pour cause, ce qui les intéresse c'est...

Eux Eux Eux !

newsletter voeux 2017.jpg

La solution

On arrête de parler de soi et on s'intéresse plutôt à la problématique de ses destinataires. Idéalement, on parle de leurs challenges et de la manière dont on pourrait les aider à les résoudre.


3. Votre newsletter part de votre boite email 

Vous ne voyez pas en quoi cela pourrait être gênant d'envoyer 689 emails depuis votre propre boite email ? Mmm... Et si je vous parlais de la gestion des 169 retours d'emails, des 35 erreurs, des 10 réponses et des 8 emails indiqué comme spams... ? 

plateforme emailing.jpg

La solution

On utilise une plateforme d'email spécialement dédiée à cette tâche. Déjà, on évitera d'être potentiellement blacklisté(e) via sa propre adresse email et ensuite, la gestion sera tellement plus simple ! A vous les statistiques de taux d'ouverture, de clics, d'indication de spam... Ces datas permettront d'analyser ce qui a fonctionné et ce qu'il ne faudra pas réitérer dans le futur.

 

4. Votre newsletter n'incite pas au clic

Qu'attendez-vous vraiment de l'envoi d'un emailing ? Quel est son objectif ? Que les destinataires pensent à vous ? Que les gens l'ouvrent et aient l'irrésistible envie de faire des affaires avec vous ? Non, l'objectif de toute newsletter est d'inciter au clic, c'est à dire provoquer l'engagement

newsletter call to action.jpg

La solution

Qu'il s'agisse d'un renvoi vers un article que vous avez rédigé ou d'une offre commerciale  "spécial Noël" que vous avez actuellement en cours  sur votre site web, on fait tout pour encourager le lecteur à prendre l'action souhaitée. On intègre donc des call-to-action (bouton d'appel à l'action) pour inciter ses destinataires à cliquer. Le but ultime est de convertir l'internaute suite à ce clic !


Et si, cette année, vous changiez un peu les habitudes de la newsletter des voeux ? Les bonnes résolutions démarrent avant le 1er janvier : segmentez vos newsletters de vœux, parlez de la problématique de vos destinataires (en fonction de la segmentation), utilisez une plateforme d'envoi d'emails et surtout incitez vos lecteurs au clic afin de les convertir sur votre site web ! Et puisqu'on y est... Joyeuses fêtes de fin d'année ;)

Vous voulez en savoir plus sur la bonne stratégie digitale à adopter ? Vous pouvez télécharger gratuitement notre guide : les 7 étapes pour mettre en place sa stratégie digitale à la Réunion :

je télécharge le guide de la stratégie digitale

Gaelle Cealac

J'évolue dans l'univers digital depuis près de 10 ans en France et aux USA. Outre la gestion de projets de sites Web, je suis spécialisée dans l'acquisition de trafic au travers du contenu (Inbound marketing, content marketing, SEO, blog, médias sociaux) et la génération de leads (call-to-actions, landing pages, marketing automation, lead nurturing). A la Réunion, j'ai été Directrice Digitale de l'agence Nautilus avant de rejoindre Marketing Management IO pour développer l'Inbound Marketing. Je dispense par ailleurs des formations sur les principales problématiques digitales.